Nouvelles

Nouvelles capsules des Fonds de recherche du Québec : Révolutionner la greffe de rein grâce à l’intelligence artificielle

Découvrez cette capsule sur le site du FRQS

Les Québécois en attente d’une greffe de rein doivent s’armer de patience : il faut en moyenne 641 jours avant que Transplant Québec puisse leur offrir ce précieux organe. Et encore faut-il recevoir un bon rein! Certains greffons provenant de donneurs décédés risquent en effet de fonctionner moins longtemps que d’autres, notamment à cause de l’âge et de l’état de santé du donneur.

 Les Québécois en attente d’une greffe de rein doivent s’armer de patience : il faut en moyenne 641 jours avant que Transplant Québec puisse leur offrir ce précieux organe. Et encore faut-il recevoir un bon rein! Certains greffons provenant de donneurs décédés risquent en effet de fonctionner moins longtemps que d’autres, notamment à cause de l’âge et de l’état de santé du donneur. Faut-il refuser ces organes et rester sur la liste d’attente? Pas nécessairement, puisqu’ils représentent une bonne solution de rechange à la dialyse pour certains receveurs. Par exemple, un homme de 75 ans pourrait avoir avantage à accepter un rein plus à risque provenant d’un donneur âgé souffrant d’hypertension, au lieu d’espérer indéfiniment celui d’un jeune homme en pleine forme. Selon Héloïse Cardinal, néphrologue-transplantologue, chercheuse au Centre de recherche du CHUM et professeure à l’Université de Montréal, il faut tenir compte des caractéristiques du donneur, mais aussi de celles du receveur – l’âge, la quantité d’anticorps, le temps passé en dialyse – qui influent sur la réussite de la greffe.

Réseau thématique soutenu par le

 

Newsfeed

Stem Cells News -- ScienceDaily

Read about today's stem cell research including novel stem cell technology and advances in understanding cancer stem cells.
  • This matrix delivers healing stem cells to injured elderly muscles
    Muscles of the elderly and of patients with Duchene muscular dystrophy have trouble regenerating. A new nanohydrogel with muscle stem cells has boosted muscle growth in mouse models while protecting the stem cells from immune reactions that usually weaken or destroy them.
  • Magnetic gene in fish may someday help those with epilepsy, Parkinson's
    An aquarium fish that senses the Earth's magnetic field as it swims could help unlock how the human brain works and how diseases such as Parkinson's and other neurological disorders function. Scientists have discovered a navigational gene in glass catfish called the electromagnetic-perceptive gene, or EPG, that responds to certain magnetic waves. They've already developed a way to use it to control movement in mice.